Psychanalyse : pourquoi un divan ?

Adulte

Pour créer les conditions optimales pour que la parole puisse se déployer, Freud proposa à ses patients de s'allonger sur un divan de manière à ce que ces derniers puissent diriger leur regard vers leur monde intérieur. Ce dispositif divan-fauteuil est ainsi devenu emblématique de la psychanalyse, même si ce n’est pas ce qui la définit. 

Le  divan est surtout un outil qui permet au patient qui est allongé, de se départir du regard de l'analyste et ainsi de se sentir plus libre pour dire ce qui lui traverse l'esprit. Cette position permet aussi un relâchement du corps plus important que lorsque l'on est assis et facilite les libres associations du patient.

Le discours prend une autre dimension, celui -ci devenant plus vivant et plus profond, dans cette position allongée qui, mieux que dans un face à face, permet de se retrouver seul avec soi même.  Mais, il faut reconnaître que s’allonger sur un divan et dire ce qui vient à l’esprit, comme si l’on se mettait à penser à voix haute, demande une certaine dose de courage. Pour trouver le courage de se confronter à ses propres pensées et les exprimer sans crainte, le patient pourra s’appuyer sur l’assurance d’être compris par son analyste qui a lui aussi effectué ce parcours lors de sa propre analyse. 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.