Troubles "dys" : prendre en compte la parole de l'enfant

Adolescent

L’appellation « DYS » désigne l’ensemble des Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages (TSLA), ils regroupent entre autres :  la dyslexie/dysorthographie, la dyspraxie, la dysphasie, la dyscalculie ainsi que les troubles attentionnels avec ou sans hyperactivité.  Dans ce domaine, d’importants progrès ont été accomplis depuis des années, notamment dans la mise en œuvre d’adaptations pédagogiques pour faciliter les apprentissages scolaires des enfants ou adolescents porteurs de ces troubles.

S’il est vrai qu’une difficulté a tout avantage à être prise en compte, la faire reconnaître sous la forme d’un diagnostic, en vue d’une reconnaissance administrative pour que l’enfant puisse bénéficier des aides dont il a besoin, n’est pas sans conséquence sur la vie psychique de l’enfant. Une fois le diagnostic établi, le voici porteur d’un trouble « DYS » et reconnu comme élève à Besoins Educatifs Particuliers (BEP), cette dénomination concernant les élèves qui bénéficient d’aménagements de la scolarité et d’adaptations pédagogiques.

Sans nier que ces dispositifs formalisés dans le cadre d’un Plan d’Accompagnement Personnalisé (PAP) ou d’un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) ainsi que les suivis qui leur sont liés (pour les situations simples : orthophoniste, ergothérapeute ou psychomotricien) soient d’une grande aide, la scolarité reste souvent laborieuse, marquée par des difficultés scolaires durables qui mettent fortement à l’épreuve l’enfant ainsi que ses parents qui se sentent souvent démunis.

Si le diagnostic posé a l’avantage d’informer sur les besoins spécifiques de l’enfant « DYS », il ne nous informe que très peu sur sa souffrance subjective. Beaucoup d'enfants souffrent d'un manque de confiance en eux et sont anxieux. Malgré les efforts qu’ils fournissent et les aides dont ils bénéficient, les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous. Ils se posent de nombreuses questions et leur angoisse d’être « DYS-férent » n’est pas toujours perçue.

Le seul moyen d’approcher ce qui les tourmente, c’est la parole.   Le psychanalyste peut être le garant de la prise en compte de cette parole grâce à son écoute analytique qui n’a d’autre but que de se mettre à l’écoute de la singularité de chaque enfant, de son histoire particulière, de son désir, au- delà de la catégorie qui le représente et de l'élève qu'il devrait être .  


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.